AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sachiko Shay
Co-Admin - Surveillante - Lycéenne


Messages : 50
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 24
Localisation : Wonderland ♪

MessageSujet: Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]   Mar 21 Aoû - 18:53

Notre relation, si je peux appeler cela ainsi, était encore ambigüe. Il est vrai que je venais à peine de le rencontrer, mais j'avais une envie folle de briser cette barrière qui nous séparaient l'un de l'autre. Mais comment faire ? N'allais-je pas un peu trop vite ? C'était mon professeur de musique ... Cela n'allait-il pas faire de moi une de ces jeunes coincées qui se concentre sur les personnes beaucoup plus vieux qu'elles ? Je ne savais réellement pas sur quel pied dansé. Une danse était-elle si difficile a apprendre ? La vie était-elle si difficile ? Je devais le savoir, mieux que qui qu'on que. La vie n'est pas un cadeau, il est vrai que pour certain c'est rempli de paradis. Mais pour moi, le seul paradis qui m'apaise en ce moment c'est cet homme. Keiichi sensei, il est si naturel et son coeur cri de douleur comme le mien. C'est vrai que nous n'éprouvons pas le même besoin, pas la même tristesse et pas les mêmes motifs de notre "dépression". Mais pour moi, sa simple présence était apaisante, légère et avait une odeur de pêche.

Cette odeur que me procurait cet homme m'ouvrais de plus en plus l'appétit. Comment lui dire ce que mon coeur ressentait a cet instant sans l'effrayer ou le faire fuir ? Il est vrai que c'est lui qui a fait le premier pas. Mais n'interprétais-je pas ce signe un peu trop rapidement et facilement ? Je pourrais être sa fille, son geste n'était-il pas tout bonnement un signe de politesse et de bienveillance a mon égard ? Je me posais tant de questions et j'avais besoin de savoir tant de choses. Mais là n'était pas le bon moment. Il allait falloir que je sois patiente, que je ne me précipite pas trop. N'était-ce pas ainsi que maman avait gagner le coeur de papa et que nous sommes nés mon frère et moi ?

Je le laissa me diriger vers un coin complètement inconnu pour moi. Je devais faire attention a ce qui m'entourait. Si jamais "ma famille" me retrouvait, par le pur des hasard maintenant, je n'aurais plus d'endroit où me cacher. Je ne pourrais plus jamais le revoir et je ne pourrais jamais goûté ces friandises. Et surtout, jamais je ne pourrais reprendre la photographie. Ma mère m'avais mis en garde avant de disparaître ... Elle avait prise toutes les précautions nécessaire pour ne pas que l'on me retrouve. Mais ils avaient une facilité a nous retrouver ... Une telle facilité que le pensionnat pour fille ne m'aspirai absolument aucune confiance. J'avais envie de fuir et de me cacher dans un pensionnat pour homme. Quitte a en devenir un. Mais je devais avoir confiance en ma mère et ma bonne étoile. Rien ne pourrait m'arriver ici. C'était cela que je devais pensée, je ne devais pas m'en vouloir. Ce n'était pas ma faute après tout. Et pensée positivement était un bon moyen pour ne pas sombré ... Pour ne pas couler ...

Une fois arriver devant le magasin spécialisé dans la vente d'appareil photo, je me mise à entrer dedans, tirant cet homme merveilleux par la manche. J'avais envie d'être avec lui, de lui prendre la main et de lui murmuré tout bas mes sentiments. Mais je ne fit rien de tel, je le traîna vers les vieux appareils, les plus chères mais les plus splendide en qualité photographique. Je regarda fixement la rangée, mes yeux pétillaient devant de tels beautés. Comment allais-je réussir a choisir ? C'était un supplice. C'était de la torture mais ma mère m'avait laisser de quoi m'en acheter un. Du moins, elle m'avait dit que je pouvais m'offrir ce que je voulais avec, mais elle savait exactement ce que j'allais faire avec. Je vit un reflex presque identique a mon ancien. Je regarda la prix, il était tout à fait raisonnable. Je regarda mon professeur avec un immense sourire, tout en prenant l'objet fragile dans ma main.

-Voilà ! J'ai trouver le trésor du siècle.

Dis-je en riant comme l'enfant que j'étais. Je me mise à courir à l'intérieur de la boutique, me dirigeant tout droit vers la caisse. En déposant le compte exacte, rapidement sur le comptoir, je remercia le dirigeant de la boutique. Sortant lentement l'objet du sac, le prenant avec précaution. L'activant et le réglant aussi vite qu'un geek devant son clavier. Je le connaissait par coeur, et je savais le mode à prendre. Je me tourna tout d'un coup vers Keiichi, le prit en photo et regarda le résultat. La surprise qu'on pouvait lire sur l'image immobile me fit rougir. Je détourna le corps et sorti de la boutique, caressant sans m'en rendre compte le petit écran. Pour murmuré tout bas :

-C'est exactement vous sur cette photographie. Votre vraie visage est simplement fabuleux et inimaginable. Comme je vous convoite !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org/
Keiichi Wakaouji
Admin


Messages : 171
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]   Lun 10 Sep - 15:40

Alors qu'on se dirigeais ensemble vers la boutique d'appareils photo tout un tas de question me traversait l'esprit et me tracassais plus que autre choses. Quels était ces sentiment nouveau qui naissait en moi et dont je ne pouvais laisse diriger car j'était son professeur et que j'ete plus âgée qu'elle et d’ailleurs je penser qu'elle devais penser comme moi, j'avais peu d’espérance qu'une relation naisse entre nous.

Même si ca devait arriver je ne voulait même pas penser aux réaction des gens qui allait nous entouré ou même de la réaction de l’école fasse a tout ca. Je risquais d'être virer ou pire Kotori virer de l'école.Je soupira me frottant la tête complément perdu par tout ses sentiment contradictoire qui pourtant me ramenais toujours a la même conclusion j'avais des sentiment réelle pour la jeune Kotori.

Alors qu'on venais de rentré dans la boutique on aurai cru que Kotori c'était métamorphoser qu'elle entré dans un univers qui pour elle était rassurant et des le départ elle se dirigé vers de vieux appareil photo et elle en choisit et se dirigeas vers les caisses et paya et puis elle ressortir.L'action avais a peine duré 10 minute et maintenant la voila manipuler son nouvel appareils photo telle une experte elle tripota tout un tas de bouton avant de prendre une photo de moi et je l'entendis murmuré.

-C'est exactement vous sur cette photographie. Votre vraie visage est simplement fabuleux et inimaginable. Comme je vous convoite !

C'est simple mot me fis rougir comme si nos sentiment était finalement les même et que malgré notre gêner et cette étrange respecter que nous valait le statue prof/élèves venais de se briser pour laisse place a nos sentiment véritable.

_________________

Si les étoiles scintillent c'est parce qu'elle chante et que la solitude m 'envahit je regarde le ciel , le soir quand je suis triste les étoiles sont la, elles scintilles et chantent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sachiko Shay
Co-Admin - Surveillante - Lycéenne


Messages : 50
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 24
Localisation : Wonderland ♪

MessageSujet: Re: Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]   Mar 11 Sep - 9:07

Je me retourna, sans avoir prit réellement conscience qu'il avait tout entendue. C'est en remarquant son visage rouge que je me figea, le visage légèrement crispé. Qu'allait-il dire ? Qu'allait-il faire ? Comment pourrais-je me sortir de ce mauvais pas ? Mes paroles ont l'air de l'avoir pétrifié, de l'avoir effrayé. Je ne savais que faire. Je fit alors une courbette, m'aidant de ma chevelure pour cacher mon visage cramoisie et lui dit d'une voix à moitié brisé, le coeur serré.

-Excusez moi professeur ...


Avant de me tourner, tout en me redressant. Je fit semblant d'être joyeuse, tandis qu'une douleur poignante agitait mon coeur. Je sautillai sur place, me dirigeant tout droit vers la boulangerie. Sans faire attention qu'il y avait une route a traverser, je me mise a foncer sur les bandes blanches a tout allure. Pour le fuir ? Non, pour cacher ma peine et ma gêne. C'est alors qu'un klaxonne se fit entendre, strident et nerveux. Je tourna ma tête, le seul mouvement que je pouvais faire. J'avais tellement peur que mon corps en était tétaniser. Que faire ? "A l'aide ... Venez m'aidez, je ne peux plus bouger!" Voilà ma pensée sur le moment. C'est alors qu'un bras me tira vers la chaussée, me faisant tomber sur le sol. Je n'avais plus d'appui, ni d'équilibre. Mon corps tremblait comme une feuille face au vent. Je replia mes genou sous mon menton et adressa un faible "Merci" a la personne qui venait de me sauver la vie. Celle-ci soupira et poursuivi son chemin. Je fut soulager d'un poids, cette personne ne m'avait pas fait la morale. Certainement du a mon expression corporelle.

C'est en voyant une ombre arriver derrière moi a tout allure, que je tourna légèrement le visage. Sachant de qui il s'agissait, je laissa mes larmes couler le long de mes joues. Ce n'était pas du a la peur que je venait d'affronter, mais plutôt a la douleur de mon coeur qui souhaitait hurler pour soulager sa peine. Et je me servais de cet incident pour pouvoir évacuer ce mal être intérieur qui venait de prendre vie à l'intérieur de mon corps. Comment avais-je pu imaginer deux secondes que notre amour serait réciproque ? Pourquoi le serait-il alors que je pourrais être sa fille ? La raison est que j'ai du regarder trop de manga ou ceci était possible. Je n'osai pas le regarder en face, de peur qu'un nouveau coup de poignard vienne s'abattre sur le bout de viande ensanglanté qui me servait de pile pour vivre.

Cette douleur déchirante ... Cette amertume ... Jamais elle n'avait été si grande et si horrible a supporter. Alors c'est ça perdre un amour ? Je serra l'appareil photo vers ma poitrine, ne souhaitant pas perdre l'unique photographie que j'aurai de cet homme. Mon ultime secret, mon ultime raison de devenir adulte au plus vite. Je leva enfin mon regard vers lui, les joues rosit par les larmes, les yeux complètement noyer par celle-ci. En tentent de bredouiller un mot d'excuse pour l'incident sans y parvenir. C'est en reprenant ma respiration calmement que je réussis enfin a lui parler.

-Je suis désolée de vous avoir causez du souci professeur. Ce n'était pas mon intention ...

Avant de baisser les yeux et attendre que celui-ci me passe un tabac.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org/
Keiichi Wakaouji
Admin


Messages : 171
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]   Mar 11 Sep - 19:05

-Excusez moi professeur ...

Je fixait Kotori qui c'était incliner, et c'était excuser quesuqe j'avais bien pu faire pour qu'elle réagis de la sorte rien vraiment du tout a part rougir a son compliment peut-être qu'elle avais mal interpeller et après ce moment de trouble la voila repartir en sautillant en direction de la boulangerie qui se trouvais sur le trottoir d'en face et c'est la que j'entendis un grand bruit de Klaxonne et une voiture arriver a fond les ballon et la vis un jeune homme tirer Kotori de la avant de repartir quand a moi je mis a courir vers elle comme un fou le cœur battant a fond les ballons au point qu'il me fessait mal.

Quand j’arrivai vers elle était entrain de pleuré surement de peur ou de autre choses mais je savais une choses la voir passer si près de la mort m'avais comprendre quelle que choses d'important,j’aimais Kotori pas comme un professeur via un élève mais plus un homme via une jeune fille mais je savais aussi que cette amour serai dangereux si devenais réels car je me doute que a l'académie il apprecis cette relation mais je m'en foutais totalement car je venais vraiment de comprendre mes sentiment envers elle tendit qu'elle me disait.

-Je suis désolée de vous avoir causez du souci professeur. Ce n'était pas mon intention ...

Je la pris dans mes bras tremblant comme une feuille et la serra contre moi ne voulant pas laisser partir et je lui dit d'une voix basse.

-C'est pas grave Kotori mais promet moi de plus me faire peur comme ca!!

Je pris doucement son visage en main et l'embrassa au début c'était un baiser timide mais il se fit plus fougueux au fils des minutes mais d'un coter j'avais peur de la réaction de Kotori et c'est donc doucement que je rompis le baisier pour lui laisser temps de réagir.

_________________

Si les étoiles scintillent c'est parce qu'elle chante et que la solitude m 'envahit je regarde le ciel , le soir quand je suis triste les étoiles sont la, elles scintilles et chantent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sachiko Shay
Co-Admin - Surveillante - Lycéenne


Messages : 50
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 24
Localisation : Wonderland ♪

MessageSujet: Re: Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]   Jeu 13 Sep - 23:01

Il me prise dans ses bras, mes yeux s'écarquillèrent et je balbutiais des mots incompréhensible. J'essayai de me reprendre sans pour autant y parvenir, c'est alors qu'il me demanda ne plus jamais lui faire peur ainsi. J'étais partie pour opiné mais ni parvins pas. Pas assez rapide ou plutôt, prise de court par le baiser qui poursuivit. Sa timidité et certainement sa gêne se fit sentir au départ, pour finalement devenir plus présent et moins oppressant. Mes yeux se fermèrent tout seuls, laissant place au désir qui m'animai j'allai y répondre. Mais le baiser s'interrompit, j'ouvris mes yeux d'un seul coup. Laissant mon désir faire tournoyer mes pupilles encore humides par mes larmes. Mes joues toujours rosés et mes lèvres tremblantes. Traumatisée ? Non, ce n'était absolument pas cela, c'était le frein que je venais de me mettre. C'était ce plaisir découvert, c'était cette sensualité lors du baisé. C'était cette envie de recommencer.

Je secoua énergiquement la tête de haut en bas, pour lui signifier que j'opinai, que j'acceptai sa demande. J'avais le choix entre recommencer ou de nouveau fuir en courant par la gêne qui montait petit à petit. Tout le monde nous observait, il est vrai qu'au Japon, voir des jeunes gens s'embrasser en pleine rue était signe de défi. D'impolitesse et pie encore. Je me leva d'un bond, lui prit la main et le tira vers une ruelle vide. La ou aucune personne ne pourrait passer. C'est alors que mon regard, toujours rempli de désir se posa sur son visage. Examinant tout d'abord ses lèvres pour finir dans ses yeux. Le feux m'animait, la passion me dévorait de l'intérieur. J'allais commettre une énorme bêtise mais j'avais besoin de le faire. J'avais besoin de le sentir contre moi et de sentir sa peau contre la mienne. Je me mise alors sur la pointe des pieds, déposa mes lèvres sur les siennes et laissa ma passion s'échapper. Le laissant maître de mon corps. Chose a ne jamais faire !

Ma bouche s'ouvrit lentement, laissant passer ma langue à travers mes dents tranchantes, pour que celle ci accède a sa bouche. Laissant mes mains soulever délicatement son haut pour pouvoir toucher sa chair. C'est lorsque qu'une idée bizarre me vint en tête que je m'arrêta net, haletante, que je m'écarta d'un coup de lui. Me propulsant lourdement sur le sol. Je me mise a frotter mon derrière, un oeil fermer par la douleur que la chute m'a procurer. Un réveil instantané, voilà comment je l'appellerai. Je fixa le sol et marmonna des mots d'excuses, jusqu'à ce que ma bouche sorte l'irréparable.

-Pardon. Excusez-moi. Je n'étais pas à ma place. *Silence* Mais ... J'ai irrésistiblement envie de vous professeur. *Je leva mon visage vers le sien. Laissant ma frange voler dans les airs, des perles de sueurs quitter subitement mon visage* Je sais que je ne devrais pas pensée ainsi, qu'une fille de mon âge ne devrait pas pensée a ce genre de choses mais ... Je n'arrive pas a calmer mes pulsions et j'ai besoin de vous connaître par coeur.

Mes yeux pétillèrent pendant que la honte commença lentement, a me monter aux joues. Je le voulais, rien que pour moi. Je voulais arpenté son corps, apprendre chaque ligne de celui-ci. Je voulais être la seule et l'unique a pouvoir bénéficier de ce trésor hors pair. Je m'attrapa les cheveux avec mes deux mains et tira aussi fort que je me le permis. Je voulais que ces idées sordide sorte de ma tête. Pourquoi étais-je si étrange ? Pourquoi ne savais-je pas rester a ma place ? L'idée de me rendre à la famille paternelle me trotta l'esprit. Avait-ils raison de me traquer comme un chien ? La déprime commençait a me gagner, je repensa a toutes mes erreurs. Et plus j'y pensai, plus je leur donnait raison. Mais avait-ils réellement une raison de nous exterminés jusqu'au dernier ? Faire des erreurs était humain non ? Alors pourquoi ne pourrais-je pas vivre en paix ? Tout cela allait me donner un ulcère.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org/
Keiichi Wakaouji
Admin


Messages : 171
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]   Lun 17 Sep - 9:21

Alors que je venais de la prendre dans mes bras et l'embrasser comme au milieu des gens qui pouvais nous voir, et pourtant je m'en fichais car j’aimais cette fille plus que tout et rien ne pourrai me faire changer d’avis,car elle avais su combler la douleur de mon cœur avec des simples moi qui avais su me touche au plus profond de moi et pour ca je ferai tout ce qui est en mon pouvoir et voir plus pour la rendre heureuse.

Je la vis secoue vivement la tête comme accepter ma demander de me faire de peur mais derrière ca je voyait qu'il avais autre choses,peut-être que ma soudaine pris d’initiative l'avais choquer.soudain elle se levé d'un bond en me prenant la main et se mis a courir pour nous mettre dans un ruelle et c'est la que elle se mis a me regarder avec un regard plein de passion et elle se mis sur la point des pieds et se mis a m'embrasser, au départ de ce fut comme un baiser timide, mais il se fis plus passionner je pouvais sentir sa langue toucha la mienne et ses main passer sous mon pull,mais soudain elle stoppa nous laissant tout les deux haletant, et elle se propulsa loin de moi, tomba sur les fesses et elle marmonna des excuse.

-Pardon. Excusez-moi. Je n'étais pas à ma place. Mais ... J'ai irrésistiblement envie de vous professeur. Je sais que je ne devrais pas pensée ainsi, qu'une fille de mon âge ne devrait pas pensée a ce genre de choses mais ... Je n'arrive pas a calmer mes pulsions et j'ai besoin de vous connaître par coeur.

Je vis ses yeux pétillant de honte,tant dis que le rouge montais a ses joue lui donnant ce coter adorable qui me fessait tant craquer, je la vis se prendre ses cheveux dans ses main et tira de toute ses force, mais je me mis a niveau et pris ses main pour qu'elle arrête ça j'avais pas envie qu'elle se mal et je lui pris la main et se me dirigeais vers mon appartement et une fois dedans je lui dit en la serrant contre moi.

-Tu a pas avoir honte d'avoir envie de moi car pour moi c'est réciproque j ai envie de toi t'embrasser,te garder moi, que tu me quitte plus et que que......

J'arrivais plus a trouver mes mot pour exprimer mes sentiment envers elle et donc je me mis a l'embrasse de nouveau, caressant les courbe de son corps,sans pour autant oser aller trop loin de peur de la brusquer de nouveau.

_________________

Si les étoiles scintillent c'est parce qu'elle chante et que la solitude m 'envahit je regarde le ciel , le soir quand je suis triste les étoiles sont la, elles scintilles et chantent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sachiko Shay
Co-Admin - Surveillante - Lycéenne


Messages : 50
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 24
Localisation : Wonderland ♪

MessageSujet: Re: Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]   Mar 18 Sep - 8:24

Ses mains retinrent les miennes, son regard était si tendre que si j'aurai pu, mon corps serait devenu liquide sur le sol brûlant. Son regard me touchai au plus profond de moi, à chaque fois, j'avais l'impression d'être un magnifique joyau sous vitrine. Pourquoi dans une vitrine ? Parce qu'il me convoitais comme je le convoitait et pourtant ... Il n'osait pas me toucher. Comme ces grands bijoutiers qui n'ose pas salir une pierre précieuse. A ses yeux j'étais une fragile petite fille, qui pourrait se briser à la moindre rayure.

C'est alors qu'il me tira vers un endroit inconnu. C'est sa main brusque qui me sorti de ma métaphore pensive. Ses jambes, beaucoup plus longues que les miennes marchaient aussi vite qu'un léopard en chasse. Je du me mettre a courir pour pouvoir le suivre correctement. Mes petites jambes avait du mal a suivre, une fois à droite, une fois à gauche. Je du compter mes pas pour ne pas perdre pied. Mais la chaleur plus mon souffle chaud, me fit transpirer. Quelques secondes plus tard, nous entrions dans hall pour finir dans un appartement. Etais-je chez lui ? M'avais-t-il réellement emmener dans son cocon ? Je n'eu pas le temps de vraiment réaliser ce que mes paroles avait produite. Elles avait réveiller en nous, une profonde envie de se lier l'un a l'autre. De faire, en cette journée d'été, ce que tout homme et femme feraient seul, dans un appartement. Loin des bouches, des yeux et des oreilles de tout le monde. Je n'aurai pas du en rire, car ses paroles étaient explicite. Mais son petit béguaiment de fin, ne pu que me laisser rire, rire d'un bonheur extrême. En plus de la peur et l'anxiété.

Sa bouche sa plaqua contre la mienne, ses mains se misent a parcourir mes rondeurs. Son toucher me fit l'effet d'un éléctrochoc. C'était certes la première fois qu'on me touchait ainsi mais également la première fois que je pouvais ressentir ce sentiment de sécurité, d'envie et de partage. Je voulais tout lui donner, tout lui offrir. J'étais tout simplement entrain de savourer ses caresses. Mais c'est alors que je pensais cela que mes mains, jalouse de ne pas pouvoir faire la même chose, se mise a toucher son corps bien fourni. Sans que je le veuille, ou m'en rende compte, l'une de mes mains passa sur la braguette. Je leva lentement les yeux vers lui, rouge comme jamais, allait lui prononcer des excuses. Avant que ses paroles me reviennent en mémoire. N'avait-il pas dit qu'il avait tout aussi envie de moi que moi de lui ?

Je prise ses mots très au sérieux. Je le lâcha, alla à la conquête de sa chambre. Ouvrant une porte a une. Je fini enfin par la trouver. Je pénétra à l'intérieur et retirer aussi vite que je le pu mes vêtements pour simplement garder mes sous vêtements. Avant qu'il n'entre, je souleva le drap et m'y cacha en dessous. Lui faisant signe de la main de s'avancer vers moi et le lit.

-C'est ... C'est une proposition. Vu que je ne sais pas où mettre mes mains, je vous propose de me montrer la cadence.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org/
Keiichi Wakaouji
Admin


Messages : 171
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]   Jeu 20 Sep - 22:52

Alors que j'attendais avec quelque peu d'angoisse ca réaction celle ne se fit pas attendre et sa main touche ma braquette mais son visage vira au rouge ce qui lui donna un coter totalement adorable, et alors qu'elle allait dire quelque choses et se levé d'un bond et se leve d'un bond et commença a traverser tout les pièce de mon petit appartement pour finalement aller dans ma chambre et quand j’arrivai elle sous les drap et elle me dit.

-C'est ... C'est une proposition. Vu que je ne sais pas où mettre mes mains, je vous propose de me montrer la cadence.

Je sourie en la voyant ici a moitie nu dans mon lit a attendre que moi et c’est donc doucement et avec des gestes mesurés que j’enlevai mes vêtement pour ensuite venir me glisse a ses coter dans le lit.Je pouvais sentir sa peau chaude et mon cœur s'emballa et je empourpra et en prenant une grand respiration et commence a de nouveau embrasse Kotori caressant ses formes,glissant mes main sous soutient-gorge, me débattant de le dégrafé et doucement je fis glisses mes lèvres le long de son cou, puis au niveau de sa poitrine et me stoppant quelque peu je lui dit.


-Écoute laisse ton instinct te guider.


Je le glissa ma main vers le bas de son corps,touchant sa partie intime osant pas aller plus loin sans consente ou qu'elle aussi aille plus loin avec moi je n'avais franchement pas envie de la brusque et j'irai a son rythme et jusqu’à ou elle voudrai aller.

_________________

Si les étoiles scintillent c'est parce qu'elle chante et que la solitude m 'envahit je regarde le ciel , le soir quand je suis triste les étoiles sont la, elles scintilles et chantent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce qu'une barrière est faite pour être brisée [PV Keiichi sensei]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Export de Showdown (j'ai besoin de conseil pour améliorer ma team)
» Lezardinelle ▬ Elle est faite pour pas manger les coccinelles.
» Maddy & Talya - On est faite pour s'entendre
» Élune. [Pas de commentaire,une partie est faite pour sa]
» Eli' ○○ ❝ Les femmes n'aiment pas indiquer leur âge parce qu'elles sont trop modestes pour révéler qu'elles sont belles depuis longtemps. ❞ [U.C.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Girl Academy :: Archives :: RP-
Sauter vers: